L'église de Locquirec
vue de l'extérieur
.
cliquer sur les miniatures ci-dessous pour visualiser les photos correspondantes

Quelques vues anciennes de l'enclos de l'église St Jacques de Locquirec nous permettent d'apprécier ce qu'il était au début du 20ème siècle.
On y voit l'ensemble architectural de l'église tel qu'on le voit encore de nos jours avec au premier plan la sacristie, ajout du 19ème siècle.
Par un rapide coup d'oeil sur cette première carte postale on constate combien le Locquirec de l'époque était bien moins construit que de nos jours. On remarque aussi les tombes du cimetière sur lesquelles les paroissiens venaient se recueillir à la sortie de la messe dominicale. Ce cimetière a été déplacé dans celui de la Nouvelle Côte.


De nos jours la végétation entoure l'enclos comme dans un écrin de verdure.


Les dalles restantes en pierre bleue rappellent la présence d'anciennes sépultures
Elles sont entourées de buis décoratifs.
Quelques tombes de recteurs subsistent (à droite en entrant dans la cour sud).

Lorsqu'on pénètre dans l'enclos par l'entrée sud (voir les photos ci-dessus) on peut admirer le calvaire érigé en 1891 à l'occasion d'une mission paroissiale en remplacement de celui qui avait été détruit lors de la Révolution. De l'ancien calvaire subsiste le corps du Chist (sans bras ni jambes) que l'on peut voir à l'intérieur de l'église dans le transept sud
Côté sud : Le Christ en croix, à gauche Marie, mère de Jésus et, à droite, Saint Jean qui tous deux étaient au pied de la croix sur le Calvaire.
Côté nord : à gauche Saint Jacques, patron de l'église de Locquirec, au centre, la Vierge à l'enfant et, à droite, Saint Pierre


Sur la façade sud de l'église, "au ras du sol, rassemblées dans une niche du mur du transept, creusée en forme d'enfeu, trois longues pierres sont superposées. L'ensemble fait penser à l'extrémité d'un sarcophage. ... La sculpture au ras du sol est énigmatique." (d'après C.H.)

retour haut de page

La tour supportant le clocher, à l'ouest, possède une porte encadrée de deux colonnes et d'un fronton de style corinthien ; on y distingue au dessus de la porte une tête du Christ et sur la corniche qui surplombe la porte, une statuette représentant peut-être un Christ aux liens (voir une autre statue du Christ à l'intérieur de l'église).


Le clocher et la tour sont construits selon une technique de P. Beaumanoir. La tour juxtaposée enferme l'escalier montant à la plateforme. De là on accède aux deux chambres où sont installées les trois cloches (qui ont remplacé en 1939 celles qui existaient auparavant).
Un contrefort porte la date de 1621.



Sur la tour de l'escalier on peut voir un cadran solaire gravé sur pierre
(difficilement visible car caché par un ajout de construction)



La façade nord est la plus ancienne. Elle date du 17ème siècle. Au 19ème a été ajoutée la sacristie entre le transept et le chevet.

Le chevet date du 17ème siècle - la date de 1658 est visible. "Comme tous les édifices de type Beaumanoir il est caractérisé par la multiplicité des toitures et des noues dont certaines se prolongent par des gargouilles. (C.H.)



retour haut de page
retour page d'accueil