Le Pardon de saint Jacques

retour page d'accueil
.
Sommaire
coutumes anciennes
Les quêtes et la quenouille
Le droit de passage
Le Pardon de st Jacques


Le pardon de St Jacques
(texte de R. Le Deunf)
(cliquer sur les photos pour les agrandir)

Chaque chapelle, chaque église avait son Pardon
, fixé dans le calendrier le jour de la fête de son saint patron ou le dimanche le plus proche. Les Pardons étaient donc fort nombreux, mais tous ne revêtaient pas la même importance : à côté des pardons de campagne, qui étaient la fête des habitants d'une paroisse autour de leur église ou d'un hameau autour d'une chapelle, se distinguaient les grandes manifestation réputées, comme celles de Saint-Jean du Doigt, de Kernitron à Lanmeur, de Saint-Carré à Lanvellec … qui pouvaient attirer des milliers de fidèles.
Le Pardon est une fête mi-religieuse, mi-profane, spécifique de la Bretagne. On vient au Pardon pour se faire pardonner, obtenir la rémission d'une faute ou l'octroi d'une grâce. Le rituel est le même : une grande messe avec la présence et l'assistance d'un clergé important en nombre et en qualité, suivie d'un mini pèlerinage jusqu'à une fontaine ou un menhir rappelant les miracles du saint.
Saint Jacques est le patron de la paroisse de Locquirec. Dans le calendrier romain, il se fête le 25 juillet, mais son Pardon est célébré le quatrième dimanche de juillet, sous le signe de l'enfance et de la mer. Afin d'obtenir ses faveurs, toute la communauté villageoise se réunissait d'année en année, depuis fort longtemps. Après le "Ite missa est" proclamé à l'issue de la messe par le célébrant (celui-ci était toujours, pour la circonstance, un invité d'une autre paroisse), la procession se formait à la sortie : en tête, le porteur de la croix entouré de deux petits pèlerins , vêtus d'une bure, s'appuyant sur leur bâton ;

l'un des deux portait un large chapeau orné de coquilles, comme le faisaient ceux qui avaient fait le fameux pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle (parfois le deuxième petit pèlerin était habillé en évêque pour marquer la présence du saint fondateur de la paroisse, Kireg), derrière, les porteurs de bannières, dont celle de saint Jacques ; suivaient les voiliers (les ex-voto de l'église) portés, selon leur poids, par des jeunes gens ou des marins et les statues portées par les femmes ayant revêtu leurs plus beaux atours ; enfin, venaient le clergé et les fidèles. Et beaucoup de jeunesse présente pour rappeler que saint Jacques protégeait les enfants ! Une autre partie de la population regardait passer la procession sur les bords de la rue ou sur la plage du port.




Le parcours de la procession n'a jamais varié. Après avoir longé les murs de la place du port jusqu'à la propriété de Liorz-Maëc, le cortège, chantant cantique sur cantique, s'arrêtait sur le môle, pour la bénédiction de la mer. Geste symbolique pour rappeler que, jadis, le corps de saint Jacques était arrivé sur une barque, au pied de marins pêcheurs qu'il n'avait pas cessé de protéger depuis lors. Le cortège descendait ensuite sur le sable du port pour retrouver à l'autre bout la route de l'église.
En même temps que la célébration religieuse, le Pardon était l'occasion d'une fête profane. Baraques foraines, manèges marchands ambulants … s'installaient autrefois sur la place du port. C'était la fête du village ! L'usage voulait qu'on invitât à déjeuner, ce jour-là, les parents éloignés. Le soir, on dansait au son du biniou, de la clarinette et de la bombarde.
Si de nos jours, le Pardon n'a plus la solennité d'autrefois, il a gardé cependant son originalité : la procession s'arrête sur le môle, le recteur monte dans une barque et , à quelques dizaines de mètres de la jetée où se massent les fidèles et les curieux armés de leurs appareils de photographie ou de caméscopes, il bénit les bateaux des pêcheurs et des plaisanciers, pavoisés pour l'occasion afin d'obtenir la protection de saint Jacques. Les forains ne manquent pas le rendez-vous : pour la joie des enfants, ils installent leurs manèges et leurs stands sur la place de Porz-ar-Viliec.

retour haut de page