Les retables latéraux
du transept
cliquer sur les miniatures ci-dessous pour visualiser les photos correspondantes

L'autel et le retable du Rosaire
Transept Nord

L'autel en tombeau galbé, avec retable à deux colonnes lisses sommées de chapiteaux doré à feuilles d'acanthe, est surmonté d'une corniche cintrée portant deux anges agenouillés vêtus de rose et tenant une chute de fleurs. Au sommet, un médaillon ovale avec une croix rouge dans un flot de rubans dorés. La colombe est entourée de "nuages" dorés. On retrouve des nuages du même type dans le retable de Sainte Anne à Commana.
Le tableau peint par Cléran en 1712, représente la donation du Rosaire. La Vierge en robe rose et manteau bleu, coiffée d'une légère écharpe brune, tient sur le genou l'Enfant Jésus. Celui-ci tend à saint Dominique un chapelet tandis que la Vierge tend le sien à sainte Catherine. La partie haute du groupe se détache sur fond or, symbole céleste. Des angelots volent autour de la Vierge, les uns portent la couronne - le chapel - de roses, les autres des chapelets qui ne seraient pas d'origine.



Les attributs habituels de saint Dominique que l'on retrouve ici , sont le lys, symbole de pureté, la robe blanche, symbole de chasteté et le manteau noir, symbole de l'ordre des Dominicains, un chien tacheté que sa mère vit en songe avant sa naissance. Il tient dans la gueule un brûlot qui éclaire le monde. Par contre l'un des attributs habituels manque, le livre rouge, et l'autre, le globe (qui est le monde) est en partie caché dans les plis du manteau. Tous deux sont en prière, l'une a les mains croisées (cf. l'ange adorateur de la voûte), l'autre les bras ouverts dans un geste d'acceptation. C'est parmi les innombrables représentations de cette scène, l'une des rares où les récipiendaires ne touchent pas le Rosaire.
Ce tableau illustre l'art de son époque, il est aussi représentatif de l'esprit de la Contre Réforme et des pratiques religieuses des locquirécois (cf. l'ouvrage de Roger Le Deunff sur Locquirec).
Le "tombeau" de l'autel porte en son centre l'Agneau sur le livre aux sept sceaux. (d'après C.H.)


Joseph d'Arimatie et un évêque
situés de part et d'autre de l'autel

L'autel et le retable du Saint Sacrement
Transept Sud

De même facture que le retable du Rosaire, cet ensemble est moins riche, avec moins de dorures et moins de têtes d'anges. Quantt aux anges ils sont vêtus de bleu alors que ceux du Rosaire sont vêtus de rose. De même le médaillon du sommet est plus simple. Le tombeau porte en décor l'œil divin en triangle.

Le tableau conçu par Cléran représentait, selon la documentation, des anges adorateurs. Il a été remplacé en 1896 par le tableau actuel représentant la Cène (le dernier repas du Christ avec ses apôtres) (racontée dans l'évangile selon St Matthieu 26,26-29) sur fond de grands drapés rouges qui rendent la scène plus intimiste.
Il est signé A.V. ; signature non élucidée pour le moment. Restauré en 2004, grâce aux financements de la Municipalité, du Conseil Général, de l'Etat et des adhérents de l'Association 3A-RL.
Le tabernacle porte l'effigie du Bon Pasteur, un berger coiffé d'un large chapeau, muni d'un haut bâton recourbé, portant sur ses épaules l'agneau qu'il est allé chercher avec moult difficultés (parabole du Bon Pasteur - évangile selon st Jean 10,1-18). (d'après C.H.)



retour haut de page